À l'épreuve de la frustration

Quelle drôle d’année… Chacun de nous a vécu un séisme avec cette crise sanitaire inédite qui a chamboulé nos vies, d’une façon ou d’une autre. On tente de s’adapter comme on le peut, parfois résignés à subir des décisions collectives qui viennent empiéter sur nos libertés individuelles. Le but de mon post n’est pas de lancer un énième débat sur l’actualité, non, je viens seulement vous donner quelques nouvelles personnelles : mon silence a duré suffisamment longtemps.


En 2019, j’ai décidé de changer de vie, et de me lancer comme auteur indépendant. J’ai terminé l’écriture de « Vénus, le chat qui attendait Jupiter » en septembre, au moment où tous mes projets d’avenir allaient se concrétiser. Puis rien ne s’est déroulé comme prévu. Absolument rien. Des obstacles personnels de taille se sont dressés sur ma route, m’empêchant de vivre la fluidité dont je rêvais. Il m’a fallu gérer les urgences, et croyez-moi, ce n’était pas une mince affaire. Malgré cela, j’ai pu lancer ma nouvelle activité officiellement le 23 décembre 2019, avec la publication de ce livre pour lequel il m’a fallu trois longues années de maturation et d’écriture.

En janvier et février 2020, j’ai commencé à démarcher quelques librairies de la région, ainsi que des salons du livre, lieux qui me semblaient indispensables pour me faire connaitre en tant que jeune auteur. Il faut savoir que l’inscription pour les salons doit se faire au minimum 6 mois à l’avance - parfois un an pour certains ! Tant bien que mal, j’avais réussi à valider mon inscription pour 2 salons du livre, qui devaient se dérouler au mois de juin.

Puis le 16 mars 2020 est arrivé… Vous savez, ce jour où nos vies collectives ont basculé dans un confinement imposé. Incertitudes, doutes, manque de visibilité sur l’avenir : ce sont désormais les maitres-mots qui régissent notre quotidien à tous. Le monde de la culture a particulièrement souffert pendant cette période - et c’est loin d’être terminé. Ainsi, les rares librairies qui exposaient mes livres étaient fermées, et les salons du livres s’annulaient les uns après les autres. Je gardais espoir pour les miens, au mois de juin…

Malheureusement, lors de la deuxième quinzaine de mai, j’ai appris que l’un des deux salons était annulé, quant au deuxième, il était seulement reporté en septembre. J’y croyais encore, je m’accrochais à cette petite bulle d’espoir de montrer enfin mes ouvrages devant un nouveau public.


La nouvelle est tombée ce matin : ce deuxième salon est également annulé. Il n’y aura pas de salon du livre pour moi cette année. Frustration ultime. Déception attendue. Découragement. J’ai totalement arrêté de démarcher les autres salons qui devaient se dérouler entre septembre et décembre : eux aussi seront certainement annulés. J’avoue que je n’ai aucun courage pour regarder ceux qui sont programmés pour le printemps 2021… À quoi bon m’acharner dans une direction qui n’est visiblement pas la bonne? Autant concentrer mon énergie sur autre chose. Quoi? Je l’ignore encore.

Je dresse seulement un premier constat de ma réalité actuelle : je ne peux pas vivre de l’écriture. Cet idéal dont je rêve encore n’est-il qu’une illusion que je dois définitivement abandonner? Ou bien ai-je seulement besoin de temps supplémentaire pour trouver un moyen innovant de me faire connaitre? Je n’ai pas la réponse à cette question.

Visiblement, les circuits « classiques » ne trouvent pas d’écho dans ma vie. Peut-être dois-je sortir des sentiers battus, user de de mon ingéniosité et lancer ma machette pour tracer une nouvelle route? Ce ne serait pas la première fois que cela arrive… je sais le faire! Mais par où commencer?


Je n’ai guère envie de me travestir dans le seul but d’attirer de nouveaux lecteurs potentiels, j’ai besoin de rester authentique, en accord avec moi et mes valeurs. Je n’ai aucune envie de quémander votre attention… la mendicité, très peu pour moi! Alors je fais quoi?

-D’abord, tu acceptes la réalité, aussi dure soit-elle, et tu lâches toute attente de résultat. Tu aimes écrire? Alors ÉCRIS! Bon sang, ce n’est pas si compliqué!

-« Mais je vais encore parler de moi… ça va intéresser qui…? »

-Fais taire cette voix démoniaque! Écoute plutôt celle du petit ange intérieur, celui qui te souffle que tout va bien. Qu’il te suffit de t’aligner avec ta vibration interne, et de laisser le processus d’attraction se dérouler tout seul. Tout ce que tu répètes aux autres depuis des années… applique-le simplement pour toi. Et vis sa magie au quotidien. Si tu n’essayes pas, tu ne sauras pas si ça fonctionne!

N’attends plus de garantie de résultat. Écris, et publie-le. Sur le blog pour commencer, même si ça ne te rapporte rien - du moins en apparence.

D’accord. Je vais vous écouter, mes petits Anges bienveillants. Ça commence aujourd’hui, avec la publication de cette actualité où je délivre mes états d’âme, ma frustration, mon désarroi face à ces obstacles qui continuent de se dresser sur ma route, et dont le sens me dépasse totalement. Mais comme je ne suis pas du genre à me laisser abattre, encore moins à me résigner ou à abandonner ce qui est important pour moi, je continuerai d’avancer et de chercher des solutions, quoi qu’il m’en coûte.

S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème, disaient les Shadoks.



Cette phrase m’a accompagnée tout au long de ma vie - il se peut même qu’elle ait contribué à sauver ma peau… Je vais donc rester ouverte à tous les possibles, même si j’ignore encore COMMENT je peux concrétiser mon doux rêve.

Qui sait… À force de rater, ça finira bien par marcher!



35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout