La vie de Vénus - Cachée.

Mis à jour : 13 juin 2020

Mars 2020. L’annonce du confinement national a chamboulé la vie de Vénus sans crier gare. Nous avons eu l’opportunité de nous installer à la campagne, chez mes amis de toujours. Une chance qui ne se refuse pas, surtout dans un tel contexte extérieur.

Ce qui était censé n’être qu’une phase de transition s’est finalement transformé en déménagement définitif. Je devrais plutôt dire ceci : le déménagement qui était initialement prévu en octobre 2019 et qui s’est annulé jusqu’à une date inconnue, s’est donc précipité d’une façon inattendue. Je n’ai pas hésité une seconde!

Vénus la trouillarde a mis du temps pour s’adapter à ce nouveau contexte, et trois mois plus tard, c’est encore loin d’être gagné!

Dans notre nouveau chez-nous, Vénus a trouvé de nouvelles cachettes, en particulier une qui la rend invisible et inaccessible : sous le lit! Vénus aime rester cachée quand elle a peur, et comme elle a peur de tout… elle se retrouve souvent planquée dans son QG!

Vénus a peur …

…quand quelqu’un vient - elle a peur des gens, de tout le monde, à part moi.

…quand elle entend de drôles de bruits inconnus - les avions, les voitures, les gens qui parlent.

…quand elle sort à l’extérieur un peu trop loin, un peu trop longtemps - surtout si le vent a le malheur de refermer la porte derrière elle!

Il lui est même arrivé d’avoir peur de moi, c’est dire son niveau de stress!

Dans ces cas-là, Vénus choisissait de rester cachée, pour ne surtout pas affronter ces dangers qui n’en sont pas, pour nous qui regardons la situation de l’extérieur.

Voyons Vénus, tu pourrais profiter de l’air de la campagne, aller dire bonjour aux lapins et chasser les lézards! Vivre ta vie de chat, en somme! Non? Bon…


J’ai préféré la laisser tranquille, et j’ai composé avec sa trouille.

Et avec la mienne…


Mon chat reste mon sosie vibratoire, mon alter ego, mon miroir de chaque instant. Dur de regarder dans le miroir quand la vie vous secoue dans tous les sens. Moi aussi je suis restée cachée. Je n’ai pas écrit, malgré le temps que j’avais pour le faire - en théorie, du moins. Mes projets se sont arrêtés net, dans un contexte personnel d’insécurité et d’inconnu. J’ai géré les urgences - et c’était déjà pas si mal.

Lorsque j’ai terminé l’écriture de « Venus, le chat qui attendait Jupiter », je me suis arrêtée au chapitre « Trois ans après Vénus ». Sauf que la vie avance, et l’histoire qui a continué de s’écrire a révélé des chapitres particulièrement difficiles à vivre - ils resteront d’ailleurs dans l’intimité. Rien ne s’est passé comme je l’avais prévu ou imaginé. Absolument rien. Il a fallu composer avec l’inattendu, l’imprévu, et mes trouilles. Toutes. Puissance mille.

La loi de l’attraction, vous connaissez? On attire les vibrations qui nous ressemblent. Donc si j’ai peur, j’attire des circonstances extérieures qui vont m’obliger à voir cette peur pour l’affronter, la dépasser, la transcender.

Merci pour la leçon, on peut dire que j’ai été servie!


Une seule peur sort du lot, celle qui me fait réagir comme Vénus, qui m’enferme dans ma carapace pour ne surtout pas affronter ce danger qui n’en est pas.

M’assumer enfin, moi et ma médiumnité. M’engager les deux pieds dans ma nouvelle vie, pour laquelle j’ai l’impression de ne rien maitriser (et ce n’est pas qu’une impression!!)

J’en parle toujours comme d’un boulet que je traine à mes pieds, un fardeau qui pèse sur mes épaules, au lieu de partir à la découverte de ce qu’elle va me révéler.

J’ai eu beau faire mon « coming-out spirituel » officiel sur ce blog, reprendre des soins à mon rythme, le trouillomètre est resté au taquet. Surtout que mes perceptions se sont décuplées, et m’ont révélé une vérité d’âme tellement violente qu’il m’a fallu du temps pour la recevoir, l’accepter, et la digérer. Croyez-en mon expérience : il faut être prêt(e) pour recevoir la lumière de la Vérité d’âme, et on ne doit pas brûler les étapes, au risque de se brûler soi-même.

Du coup, je suis restée cachée, comme Vénus. J’ai encaissé les coups en gardant le cap, en restant debout. Comme je pouvais, parfois bancale, souvent submergée par les émotions.


Que s’est-il passé? Sur un plan matériel, je resterai discrète, cela ne regarde que moi (et mes amis formidables qui m’ont soutenue comme ils pouvaient, eux aussi). Mais vous le savez certainement, le visible que l’on perçoit avec nos cinq sens n’est que la matérialisation de forces invisibles, celles que l’on peut capter avec nos « antennes ». (lire mon dernier article «La médiumnité racontée aux sceptiques, et à tous les autres! »)

Sur ce plan invisible, je devais affronter le dernier fantôme de ma propre vie, celui que je pensais avoir évacué mais qui est resté accroché à moi, quels que soient les efforts que j’ai pu déployer pour m’en libérer. Je ne voulais pas aller à son contact, la douleur était trop vive. Ce que j’ai fini par découvrir est particulièrement intense, je comprends mieux pourquoi il m’a fallu ce temps d’assimilation et de « digestion ».

Petite précision : quand je parle de « fantômes », il ne s’agit pas seulement des âmes errantes, des défunts qui sont restés parmi nous au lieu de rejoindre les sphères lumineuses. Il s’agit aussi de bulles vibratoires qui sont créées par les non-dits, les peurs inconscientes, et autres joyeusetés dont je ne parlerai pas dans cet article. L’invisible regorge de surprises et de subtilités qui forcent à l’humilité. Tout le temps.

C’est une dimension vibratoire particulière qui demande du temps. Le rythme est très différent de ce monde actuel qui court dans tous les sens. Peut-être ai-j’ai seulement eu besoin de ralentir pour cicatriser efficacement? Possible.


Aujourd’hui, je reprends la plume au travers de cet article pour ne plus me cacher, avant tout de moi-même. Ne pas attendre la fin de la tempête pour me dévoiler dans mon humanité. Partager avec vous des bouts de moi, en toute simplicité.


Vénus m’a rapporté son premier trésor de chasse cette semaine : un petit lézard qu’elle était fière de me rapporter (même si je râlais qu’il soit à l’intérieur de la maison!). Est-ce un repère qui sonne la fin de la partie de cache-cache? Je l’espère. Car si tout le monde me dit que cette minette restera sauvage et peureuse, j’ai envie de penser le contraire. Je crois en elle, en moi, en nous, et en notre capacité à évoluer et à gérer nos peurs pour nous relier à la force de vie. Ça commence aujourd’hui.


24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La vie de Vénus - Gourmande

Si vous avez un chat - ou en avez déjà eu un - vous connaissez certainement ces friandises dont nos amis félins raffolent. La publicité a forcément réussi son coup marketing, n’est-ce pas? J’ignore ce