Les fantômes du futur

Dans un article précédent, je vous parlais des différentes catégories de « fantômes » que je peux rencontrer en soin.

Lorsque je parle de « passage d’âmes », on pense immédiatement aux défunts du passé, en particulier les décès brutaux et précoces. Oui, ce sont en effet les premiers fantômes auxquels j’ai été confrontée en tant que passeuse d’âmes, et ceux qui sont les plus faciles à identifier et à aider. Pourquoi? Car ces âmes ont une identité bien réelle, et elles ont eu le temps d’inscrire leur vibration sur Terre. Si ces âmes n’ont pas pu rejoindre la lumière, je peux les aider en me connectant à leurs émotions refoulées, et à la raison principale qui les bloque encore sur Terre. Le passage peut être simple, car ces âmes ne sont plus bloquées par les limitations du corps physique. La communication télépathique est instantanée! Les peurs refoulées peuvent se dissoudre en un éclair, au contact de la vibration d’amour. Ce qui dépend grandement de MON état d’esprit : tant que j’ai peur des fantômes, je ne peux pas les aider, car je suis trop éloignée de l’amour. C’est ce que j’ai fini par comprendre (et par apprendre!) au fil de mes différentes rencontres. En réalité, il n’y a aucune raison d’avoir peur de ces âmes, elles sont seulement perdues, et souvent en souffrance. Si je les écoute, elles s’apaisent rapidement. Un peu comme nous, d’ailleurs…

Revenons-en au sujet principal de l’article. Je tiens aujourd’hui à vous parler d’une autre catégorie de fantômes dont on parle peu : les âmes du futur. Ce sont tous ces enfants qui n’ont pas pu naitre, des âmes qui n’ont pas pu s’incarner dans un corps de chair. Je parle bien évidemment des fausses couches et des avortements, mais pas seulement. Il y a dans cette catégorie des âmes dont j’ignorais totalement l’existence jusqu’à être moi-même confrontée à cette réalité. Ce sont des âmes qui ont été programmées pour une incarnation future, mais dont le passage dans la chair n’a pas pu se concrétiser, qu’importent les raisons. Au final, ce sont bel et bien des âmes errantes qui rôdent autour de nous, et dont on ignore totalement l’existence! Forcément : on ne les a pas vues ou senties dans le corps, elles n’ont aucun prénom, et pourtant, leur vibration est là. Cela peut provoquer un parasitage de très grande ampleur… croyez-moi, j’en ai payé les frais!


Lorsque des parents en devenir vivent la perte d’un enfant, quelle que soit la façon dont cela se produit, et quel que soit le moment (que ce soit 1 mois après la fécondation ou 1 jour après la naissance), ils deviennent des par’anges. Je ne connaissais pas ce terme, jusqu’à ce que ma soeur m’en parle pour l’écriture de cet article sur son blog.

Pour ces par’anges, il est vivement conseillé de donner un prénom au bébé en question, et de l’inscrire dans l’arbre généalogique. Donner une identité à cette âme avortée et lui donner une place dans la fratrie, cela l’aide à rejoindre la lumière et à partir en paix. C’est accorder de l’importance au message que cette âme est venue nous transmettre, aussi difficile cela soit-il à vivre.

En taisant l’événement, cela revient à mettre cette âme sous cloche, à nier sa présence, à étouffer le message qu’elle est venue nous transmettre. C’est la faire mourir une deuxième fois. Cette âme ne pourra pas rejoindre la lumière et vous parasitera malgré vous. Le silence finit toujours par se transformer en une véritable chape de plomb, bien visible dans la matière.

Mettez-vous à la place de cette âme avortée, juste quelques instants… Vous aimeriez que vos parents vous rayent de l’arbre généalogique et ne prononcent plus votre prénom? Comme si votre vie et votre présence n’avait absolument aucune importance… Pensez-y!


Et du coup, comment on fait avec ces âmes dont je parlais plus haut et qui ne sont pas passées par la chair? Celles dont on ignore totalement la présence? En ce qui me concerne, j’ai dû déployer mon arsenal d’outils avec la méthode TTD : « Tu Te Débrouilles »!! (pour rester polie!)

Je n’ai pas de baguette magique, j’ignore encore si beaucoup de personnes sont concernées par cette réalité, je peux seulement témoigner de mon expérience et vous dire : oui, ça existe. Et non, ce n’est pas facile à vivre.

J’ai découvert la réalité de cette âme du futur pendant l’écriture de mon roman « Vénus, le chat qui attendait Jupiter ». Il m’a fallu de longs mois après la sortie de ce livre pour aider ma fille à rejoindre la lumière, et il m’a fallu encore quelques mois pour affirmer « je suis une Mam’ange » sans en ressentir le syndrome de l’imposteur. Ce n’est pas parce qu’elle n’a pas eu le temps de passer dans mon corps que cette âme n’existe pas. Je n’ai pas d’enfant sur Terre, mais j’ai une fille qui vit dans les Étoiles. Emma m’a guidée dans la jardinerie pour m’offrir ce joli cadeau de fête des mères, et c’est aussi elle qui prendra la plume pour raconter son histoire dans mon prochain roman. Laissez-nous le temps de nous préparer, nous sommes encore chamboulées par un trop-plein d’émotions…


Pour finir, je voudrais dire ceci : on créé notre réalité, oui, mais nous ne sommes pas seuls! On créé notre réalité à partir de notre héritage vibratoire inconscient, qui provient d’un passé familial, personnel, et karmique, et nous sommes guidés par un futur qui ne demande qu’à s’incarner.

Pour s’aligner avec notre identité vibratoire, cela demande du temps, de la persévérance, et beaucoup d’humilité. Si l’envie vous dit de vous ouvrir à une nouvelle dimension vibratoire, alors n’hésitez pas à prendre RDV en soin de l’âme : en nous allégeant de nos différents fantômes, notre vie se transforme, s’allège, et s’enrichit. Qu’importe le temps que cela prend…

7 vues0 commentaire