Livre papier ou livre numérique?

Les deux mon capitaine! Du moins en tant qu’auteur, car en tant que lectrice, je me lance depuis peu dans l’aventure du numérique… Depuis hier, pour être précise! Je me suis enfin offert une liseuse - d’occasion : on en trouve de très bons modèles à des prix très abordables, je vous le recommande!


J’aime les livres. Ma bibliothèque est plutôt bien fournie, pour mon plus grand plaisir. J’adore flâner en librairie et me laisser guider par le hasard pour choisir le bon livre : je rencontre toujours les livres dont j’ai besoin au bon moment. J’aime feuilleter les pages, les toucher, les renifler. Parfois je les ouvre au hasard et j’y découvre un message caché. J’aime également flâner sur les marchés aux livres d’occasion : j’y trouve souvent des pépites.

J’aime offrir des livres, et j’aime surtout quand on m’en offre. Oui, j’aime cet objet, et je n’ai pas l’intention de l’abandonner. Il a pour moi une valeur inestimable.

Je dois bien l’avouer, j’ai longtemps été réfractaire à l’idée du livre numérique, car je craignais qu’il ne vienne supprimer le livre papier. Je ne m’y suis jamais vraiment intéressée jusqu’au moment où je me suis retrouvée de l’autre côté du livre : du côté de l’auteur. J’ai commencé à changer d’avis et à voir tous les avantages qu’il procure, notamment sa facilité de publication de façon instantanée. Quand on est une jeune auteure - comme moi! - il est très confortable et plaisant de pouvoir publier rapidement ses écrits en version numérique.

Par contre, il ne suffit pas qu’un livre soit publié pour qu’il soit connu! Et cela reste valable en version papier comme en version numérique.


Lorsque je me suis lancée comme auteure indépendante en début d’année, je me suis concentrée sur la diffusion de mes livres papier. La version à laquelle je suis la plus attachée, je dois bien le reconnaitre. Mais c’est aussi ce que mes lecteurs actuels me réclament : un objet à toucher, à sentir, à ranger dans sa bibliothèque. Comme je vous comprends!

Puis le confinement est arrivé… toutes les cartes ont été redistribuées. Comme je l’évoquais dans un billet précédent intitulé « À l’épreuve de la frustration », les maigres piliers sur lesquels j’étais en train de construire ma vie d’écrivain se sont affaissés, voire effondrés. Librairies fermées, salons du livre annulés. Le monde est devenu méfiant du moindre contact humain… comment vous présenter mes livres papiers si nous ne pouvons pas nous rencontrer?

J’ai d’abord géré mes propres urgences matérielles, puis je me suis placée face à ce triste constat. J’ai entendu le message caché : il est temps de me lancer dans l’aventure du numérique.


Découvre ce nouveau monde : pour pouvoir y être connue en tant qu’auteur, tu dois d’abord le connaitre, lui, ce monde virtuel qui n’est peut-être pas celui que tu crois.

Investis dans une liseuse.

Replonge dans la lecture, même si tes yeux sont fatigués.

Soutiens les jeunes auteurs comme toi.

Apprends quels sont les codes dans cet univers qui grouille de milliers d’individus. 

Et montre-toi… arrête de te cacher!

Propose un prix attractif pour ces nouveaux lecteurs qui ne savent pas qui tu es et qui n’hésiteront pas à cliquer pour plonger dans ton univers. Ceux qui connaissent déjà la lecture en numérique!

Voilà, c’est chose faite. Je vous propose de découvrir ma plume avec mon premier opus : «Chathérapie & Nelson aime colorier les mandalas» est désormais disponible à 3,99€ dans sa version numérique. À télécharger sur les 3 plateformes suivantes : Amazon Kindle / iBookStore / Fnac Kobo.

Qu’on se le dise!


Alors, amis lecteurs amoureux du livre papier, prêts à vous lancer dans l’aventure du numérique? Si vous grincez encore des dents et gardez vos résistances, laissez-moi vous donner un argument supplémentaire.

Vous avez toujours besoin de POSSÉDER l’objet, pour pouvoir dire « il est À MOI!? Vous aurez l’impression d’acheter du « vent » avec un livre numérique? Dans ce cas, expliquez-moi ce qu’il vous reste concrètement lorsque vous avez payé une place de cinéma pour aller voir un film… De plus, si vous le film était bon, vous le conseillez, n’est-ce pas? Et la personne qui ira le voir sur vos bons conseils paiera sa place de cinéma. Normal. C’est entré dans les moeurs.

Pourquoi ne feriez-vous pas la même chose avec un livre?

Il est vrai que vous ne pourrez pas offrir mes livres numériques à quelqu’un, vous ne pourrez pas le lui prêter, mais vous pourrez le lui conseiller. Lui aussi paiera sa place de cinéma. Un petit prix pour soutenir une jeune auteure peut-être en devenir… est-ce si cher payé?

Savez-vous que l’on peut lire un extrait de mes livres gratuitement depuis les plate-formes de téléchargement? Comme une mini bande-annonce de l’histoire que vous allez lire. Ça mérite au moins d’être essayé...


Enfin, je dis ça comme ça… en passant… à vous de voir!

Et en plus, ça tient dans la main... c'est tout léger... on peut stocker des centaines de livres... ça ne prend pas la poussière... ça ne prend pas de place dans les valises... Bref, c'est quand même cool une liseuse! 


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout