Méditation active au crochet

Mis à jour : févr. 13

« Il faut que j’apprenne à faire du crochet! »

L’idée m’est apparue comme un flash venu de nulle part, un dimanche matin. L’idée s’est rapidement transformée en évidence, lorsque j’ai vu tout ce que je pourrais confectionner de mes propres mains : sacs, tops, maillot de bain, écharpe, bonnet, poncho, robe… On peut vraiment crocheter tout ça facilement? Chiche!

Mais par où commencer? Il faut d’abord apprendre les bases avant de se lancer dans des réalisations complexes.

Ni une ni deux, j’appelle une amie qui connait bien le crochet - elle fait d’ailleurs des magnifiques attrape-rêves! - et lui demande quelques conseils pour me lancer. Elle se propose de m’apprendre les points de base et de choisir un premier modèle. Génial! Rendez-vous est pris pour le week-end suivant. Ma seule mission d’ici là est de me procurer un peu de matériel pour démarrer.

Le mercredi matin, je me rends à la mercerie pour acheter mon premier crochet et ma première pelote de laine.


« C’est seulement pour apprendre les premiers points… », je précise…

Mais bien sûr! Et la marmotte, elle va apprendre le crochet avec toi? C’était sans compter sur la rapidité de mon cerveau qui avait déjà compris ces fameux points de base simplement en regardant quelques vidéos sur internet. J’ai eu le temps de chercher, fouiller, découvrir des tas de modèles qui me plaisent, et parfaitement expliqués pas à pas pour les réaliser. La magie d’internet m’émerveille lorsqu’on l’utilise à bon escient et de façon ciblée. Quelle joie de pouvoir accéder à tous ces tutos, sans avoir besoin de sortir de chez soi!


Me voilà donc partie pour mettre en pratique ce que j’ai apparemment déjà compris…

Au bout d’une dizaine de minutes, je trouve dommage de gaspiller de la laine pour en faire… rien du tout! et je décide de trouver un modèle d’écharpe simple à réaliser.

Mercredi, début d’après-midi : j’ai trouvé un modèle de snood (une écharpe tour de cou), et je me lance. Le point est simple à réaliser, et je me sers du crochet comme si j’avais fait ça toute ma vie! En plus, ça me calme instantanément… les derniers jours ont été éprouvants, et le fait de concentrer mon esprit sur ces quelques mailles m’apaise et m’évite de trop gamberger. Voilà une bonne façon de méditer, me dis-je dès mes premières heures de crochet.

À la fin de la journée, j’ai plutôt bien avancé, et la couleur me ravit. J’ai bien fait de choisir ce bleu canard que j’adore!

Le jeudi matin, j’ai la possibilité de continuer mes mailles, et je constate que j’arrive déjà au bout de la pelote… Comment vais-je faire? Je ne peux pas retourner à la mercerie avant le lendemain matin! Dommage. Bon, voyons le côté positif : ça me laisse le temps de choisir un modèle de bonnet assorti, et comme ça je prendrai 2 pelotes supplémentaires!

Le vendredi matin, me revoilà à la mercerie dès son ouverture… serais-je déjà addict?

« -Bonjour, je suis venue mercredi et j’ai un problème avec votre laine… je n’en ai plus!

-Mais que faites-vous avec? Vous la mangez? »

Presque. Mon crochet l’a littéralement engloutie, j’ignorais qu’il était si rapide (et facile!) de crocheter un snood. Et puisque je suis là, autant prendre un autre fil pour les créations que nous ferons dimanche.

« Ça tombe bien, j’ai justement reçu les nouveaux cotons hier… regardez-moi ces merveilles! »

Je vois des étoiles dans les yeux brillants de la vendeuse, et elles s’invitent immédiatement dans les miens… je suis foutue! J’imagine déjà tout ce que je vais créer et que je serai fière de porter!

C’est moi qui l’ai fait!

À commencer par ma première écharpe tour de cou, couleur bleu canard, terminée le samedi midi…

Au suivant!



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout