On écrit parce que personne n’écoute.

Mis à jour : 15 août 2020

J’ai lu cette citation récemment, et je la trouve particulièrement juste.

Je ne sais pas pour les autres écrivains, mais en ce qui me concerne, c’est totalement vrai.

« On écrit parce que personne n’écoute »


J’écris tous ces mots que personne n’a voulu entendre car ce sont des mots qui font peur.

J’écris tout ce que je n’ai pas pu dire, faute d’oreilles bienveillantes pour les accueillir.

J’écris pour ne plus crier ma rage d’avoir été ignorée, humiliée, reniée.

J’écris pour écouter ma petite voix intérieure et lui accorder la place qu’elle mérite.

J’écris pour libérer les mots afin qu’ils ne se transforment pas en maux, mon corps mérite mieux que cela.

J’écris tous ces mots qui feront du bien à d’autres que moi - en tout cas, je l’espère.


Qui écoute vraiment? Vous en connaissez beaucoup, vous, des personnes qui possèdent cette qualité? Moi j’en connais quelques-unes, et je peux vous assurer que je les chéris précieusement.


La véritable écoute est rare.

Celui qui écoute vraiment ne se contente pas d’entendre les mots que son interlocuteur prononce, pour ensuite rebondir et parler de lui, de ses anecdotes, ou du dernier potin sans intérêt.

Celui qui écoute vraiment ne cherche pas à imposer son point du vue pour démontrer qu’il a raison.

Celui qui écoute vraiment n’a pas besoin de vous donner un conseil que vous ne lui avez probablement pas demandé.

Celui qui écoute vraiment apprend à connaitre son interlocuteur sans chercher à le modeler tel qu’il voudrait que l’autre soit.

Celui qui écoute vraiment prend l’autre en considération dans ce qu’il est et dans ce qu’il ressent.

La véritable écoute est un cadeau précieux, dont la valeur est inestimable.


Savez-vous vraiment écouter? La question mérite d’être posée.

Mais la véritable question est la suivante : savez-vous vraiment VOUS écouter?

En ce qui me concerne, ce sont des choses que j’ai apprises - et que je continue d’améliorer au quotidien. L’écriture est pour cela un outil indispensable.

J’écris avant tout pour moi. J’écris parce que personne ne m’a écoutée. Mais lorsque je publie un écrit (que ce soit sur le blog ou dans mes romans), je reste sélective afin de ne pas prendre le lecteur pour mon thérapeute. Ce n’est pas le but, ni pour moi, ni pour vous.


J’écrirai tant que j’aurai des choses à dire. Toutes ces choses qui me semblent importantes, primordiales, parfois vitales, et que personne n’a écoutées. Je n’ai aucun secret, rien à cacher. Serez-vous assez curieux pour découvrir les trésors que j’ai à vous transmettre?

Peut-être n’aurez-vous pas envie de me lire, et d’écouter ce que j’ai à dire. Peut-être n’en aurez-vous pas la force. Ou pas le temps… Le mal du siècle : de nos jours, personne n’a le temps… ou plutôt devrais-je dire : personne ne PREND le temps. Surtout pas pour les choses importantes.

Ça m’est égal. Je continuerai d’écrire. Si certains artistes créent leurs oeuvres pour se sentir exister, moi j’écris PARCE QUE j’existe. Et tant que j’existerai, j’écrirai.

Que cela plaise ou non.

Que vous ayez le temps de me lire ou non.

Et si vous me voyez silencieuse pendant un moment, c’est uniquement pour me laisser le temps de digérer mes propres mots, afin de vous offrir les meilleurs.

Laissez-moi encore un peu de temps… je reviens bientôt.



32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

40

Tout le monde parle d’un cap, d’une crise de la quarantaine, je pensais qu’il s’agissait d’une légende, une invention sociale, une chose abstraite qui ne m’atteindrait pas, pas à moi. Raté. Au plus la

Rendez-vous sur Babelio

Connaissez-vous ce site internet? Babelio est une sorte de réseau social de partage de bibliothèques. Je l’ai découvert en 2010, et j’ai pu y inscrire une grande majorité de mes lectures, qu’il s’agis